avec: Gérard Darrieu (Delvigne), Danièle Croisy (Adèle), Luc Florian (Graphopoulos), Jean-Marie Deblin (le père Delfosse), Victor Garrivier (Kronski), Théo Hébrans (le père Chabot), Michèle Jacquetty (Mme Kronski), Tony Librizzi (Girard), Eric Nohant (René Delfosse), Eric Rémy (Jean Chabot), Jenny Sirena (Dalhia Dean)

le générique de début se déroule sur une vue de Liège et de la Meuse, où glisse une péniche; la façon de filmer cette scène, les plans de tournage, rappellent combien Liège est proche, topographiquement, de Paris: l’image d’une péniche naviguant sur la Meuse ressemble à s’y méprendre à celle d’une péniche le long de la Seine, et il semble évident que le réalisateur a voulu cette ambiguïté dans ce générique initial…

au début de l’épisode, on voit entrer dans le cabaret un homme que le téléspectateur reconnaît pour Maigret; dans le roman, le lecteur ne découvrira qu’à la fin du sixième chapitre que l’homme inconnu, qui est au cabaret et qui suit Chabot et Delfosse, est en réalité Maigret. Par un habile suspens, Simenon laisse planer le mystère sur « l’homme aux larges épaules » que les protagonistes croisent dans les deux premiers tiers du roman, sans que l’on puisse l’identifier comme le commissaire. Cette part de suspens est évidemment plus difficile à rendre sur l’écran de sorte à ce que le téléspectateur reste dans le doute, à moins que ce ne soit un parti pris de ne pas laisser ce téléspectateur dans l’ignorance, pour lui offrir ce qu’il attend de l’épisode: une (re-)connaissance rapide de son héros favori…

le portrait-robot de Maigret qui est montré dans l’épisode donne, par son côté très peu ressemblant, une note comique, qui reprend bien l’idée évoquée sur le même ton dans le roman: dans celui-ci, pas de portrait-robot, mais, après que Simenon ait narré l’arrestation de Maigret, il écrit: « Un journaliste qui avait des talents de dessinateur faisait un rapide croquis de Maigret, qu’il représentait avec des bajoues et une tête aussi inquiétante que possible. »